Chicago-Montréal : Trois constats sur l’Impact

Si ce déplacement à Chicago semblait à tout le moins prenable, il fallait tout de même se méfier du Fire, qui n’avait encaissé aucun but à ses trois derniers matchs.Les hommes de Biello devaient donc s’attendre à un match durant lequel ils devraient faire le jeu devant un adversaire bien campé dans sa moitié de terrain. Heureusement pour les Montréalais, l’Impact a trouvé les ressources pour venir à bout de son opposant. Voici mes trois constats à la suite de ce match.

1) Résilience, résilience, résilience
Après une première mi-temps difficile durant laquelle l’Impact ne parvenait pas à se créer beaucoup d’occasions, on aurait pu croire que c’était un autre match où le Bleu-Blanc-Noir allait s’impatienter et trouver une façon de perdre la mise. Heureusement, c’est une équipe transformée qui est montée sur le terrain en seconde mi-temps. Effet Drogba? Effet Biello. De toute évidence, le discours servi à la mi-temps a su réveiller les troupes. Les Montréalais, surtout dans les 25 dernières minutes, ont trouvé le moyen d’assiéger la surface du Fire et y ont cru jusqu’à la toute fin. Victoire acquise avec panache et une petite touche dramatique.

2) Bush encore erratique
Après sa contre-performance lors du match à Seattle, Bush n’avait pas vraiment eu à se signaler lors du duel contre Columbus au stade olympique. À Chicago, malgré un arrêt réflexe qui sauvait les meubles en fin de match, Bush n’inspirait pas du tout la confiance devant la cage montréalaise. Mal positionné sur le but du Fire, Bush a multiplié les sorties approximatives, voire hasardeuses.

3) La perte de Cabrera pourrait faire mal
Victor Cabrera, visiblement aux prises avec les séquelles d’une commotion découlant de l’un ou l’autre de deux chocs à la tête subis en première mi-temps, a dû laisser sa place à Wandrille Lefèvre juste avant la pause. L’Argentin était visiblement dans un piteux état, ayant mentionné à Ciman voir « en quadruple ». Ce malaise a coûté un but en première mi-temps, mais pourrait faire bien plus mal encore si Cabrera devait s’absenter pour une longue période. Lefèvre, appelé à remplacer l’Argentin, a offert une prestation en dents de scie. Point d’interrogation dans la défense centrale montréalaise.

En conclusion, un peu comme le match précédent contre Columbus, cette victoire porte la marque Biello, qui a su insuffler une bonne dose de confiance à ses troupes à la mi-temps et a encore réalisé une substitution surprise, mais payante en replaçant Oduro sur l’aile droite, tirant du même coup le Ghanéen hors de son profond sommeil.

Et maintenant, destination Stade Saputo. Retour à la maison contre un adversaire toujours difficile, l’infâme Toronto FC, et possiblement avec une charnière centrale remaniée. Émotions garanties.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : @capitainesoccer.