New York City-Montréal : Trois constats sur l’Impact

Parfois, il faut s’estimer chanceux. C’est un peu le cas lorsqu’on réussit tant bien que mal à ramener un point d’un déplacement chez une équipe de bas de classement. Mes trois constats sur ce match.

1) Il faut commencer à s’inquiéter
Chicago, Toronto, New York City. Quatre points sur neuf, arrachés en catastrophe. Cela fait déjà trois matchs que l’Impact propose un jeu offensif pauvre en créativité, souvent amorphe. Et voilà maintenant que l’aspect collectif en défense commence à faire défaut. « Est-ce qu’il faut être satisfaits de la façon dont on a joué? Peut-être que non. », reconnaissait Mauro Biello après le match. Peut-être? Il serait temps de secouer le panier, à mon avis.

2) Les centres étaient médiocres
Sur le minuscule terrain du Yankee Stadium, les hommes de Mauro Biello ont été absolument pitoyables quand venait le temps d’envoyer un ballon dans la boîte. Presque à chaque occasion, dans le cours du jeu ou sur phase arrêtée, le centre était complètement raté. Navrant. Par chance, Drogba a réussi à en placer un sur la tête d’Oduro à la toute fin.

3) Lefèvre a bien fait
Gros point positif de la soirée, Wandrille Lefèvre a réussi à se distinguer, notamment à maintes reprises contre le toujours très dangereux David Villa. Après une dernière apparition qui nous avait laissés sur notre faim, « Wandou » a réussi à remonter son niveau d’un cran. La soirée aurait pu être bien plus longue si ça n’avait pas été le cas.

Comme l’équipe ne pourra pas travailler énormément de choses à l’entraînement d’ici samedi et le match contre les Rapids au stade Saputo, il faut espérer que les joueurs sur le terrain prennent les choses en mains pour inverser la tendance. Parlant de tendance, l’Impact, depuis un moment, a tendance à jouer uniquement une bonne mi-temps par match. Ce n’est pas suffisant.

Retour sur un terrain aux dimensions acceptables, devant un public qui n’a pas été choyé le week-end dernier. La victoire est obligatoire, et avec la manière, si possible.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC