Columbus-Montréal : Trois constats sur l’Impact

Encore une fois, l’Impact vole un point sur la route. Après une descente aux enfers au cœur de l’Ohio, l’Impact a su reprendre du poil de la bête et sauver un point sur le fil. Voici mes trois constats sur l’Impact.

1) La défense a raté son match
« On a été nuls. » Voilà le constat de Laurent Ciman. « Lolo », à la faute sur le premier but, a reconnu que l’effort de sa brigade défensive n’avait pas du tout été à la hauteur. Oyongo souvent parti à la pêche au lieu de patrouiller son côté droit, Cabrera qui tente douteusement de stopper Kamara en restant complètement statique à 25 mètres de son but, Tissot qui patrouille l’axe au lieu du flanc gauche… et pour compléter le tableau, Donadel qui vient « aider » en faisait une faute idiote dans la surface. Avis aux entraîneurs : c’était une performance parfaite pour enseigner aux jeunes comment ne PAS défendre.

2) Piatti reprend son envol
C’est un Piatti beaucoup plus impliqué qu’on a pu voir à Columbus. Comme en début de saison, l’Argentin était nettement plus présent aux abords de la surface adverse, et dedans, ce qui a causé bien de maux de tête à Tyson Wahl et ses acolytes. Si Piatti semblait loin de l’action depuis quelques matchs, cette fois, il était de presque tous les bons coups. Comme je le disais la semaine dernière, ainsi va Piatti, ainsi va l’Impact.

3) Bernier mécontent?
On le sait, Patrice Bernier est un fier compétiteur. À sa sortie du terrain à la 68e minute, alors que l’Impact était pleinement de retour dans le match (4-3), le capitaine semblait visiblement mécontent de quitter le terrain. Le regard fixe, il a à peine serré la main de Biello. Plusieurs minutes plus tard, un plan de caméra nous montrait Bernier encore visiblement irrité. Espérons que la communication soit claire et transparente entre les deux hommes pour éviter que ça devienne un problème.

Mine de rien, malgré des performances parfois douteuses, l’Impact a déjà ramené huit points de ses voyages en terres adverses en 2016. En 2015, le bleu-blanc-noir avait obtenu 18 points sur la route et a récolté en moyenne 13,5 points sur la route par saison depuis 2012. Même si l’Impact aurait pu faire mieux, on peut être satisfait, encore plus quand on sait que l’équipe s’est souvent battue jusqu’à la toute fin pour ultimement améliorer son sort (Chicago, NYCFC et Columbus).

L’Impact sera de retour à la maison samedi prochain pour accueillir l’Union de Philadelphie dans un match qui pourrait déterminer l’identité du leader de l’Est à l’issue du week-end.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC