Montréal-Philadelphie : Trois constats sur l’Impact

Un quatrième match nul de suite qui recèle son lot de questionnements. Malgré un 4 sur 15 à ses cinq derniers matchs, l’Impact est toujours en tête dans l’Est… mais pour combien de temps? Voici mes trois constats sur ce match.

1) Philadelphie a bien joué
Si le début de match de l’Impact laissait présager un après-midi amusant pour les supporters locaux, force est de constater que Philadelphie a su laisser passer la tempête (avec l’aide de son gardien, qui a excellé) avant de se restructurer en défense pour museler le bleu-blanc-noir en seconde mi-temps. Avec un peu plus de réussite, l’Union aurait même pu repartir avec la victoire. Pas pour rien que c’était un duel pour la première place…

2) Ciman a raté son match
On aurait pu croire que sa toute récente non-sélection pour l’Euro allait fouetter le fier compétiteur qu’est Laurent Ciman. Malheureusement, samedi, il a plutôt conforté Marc Wilmots dans ses choix. À la faute sur le but de Philadelphie, Ciman a multiplié les mauvaises passes, les positionnements douteux et les choix étranges, à un point tel que j’avais des craintes chaque fois qu’on lui passait le ballon. Une démonstration largement en deçà des standards du Belge, certainement loin de la qualité requise pour affronter les meilleurs pays européens…

3) Piatti et Drogba étouffent Shipp
Harry Shipp, nouveau souffre-douleur des supporters montréalais. C’est dommage, car l’Américain a fait un sacré bon boulot sans le ballon. En première mi-temps, il était celui qui ralentissait les relances de Philadelphie par son positionnement exemplaire et son anticipation. Offensivement, ses déboires coïncident avec le retour de Drogba. Et ça s’explique facilement. Sur l’aile gauche, Piatti a tendance à revenir dans l’axe. Si l’Argentin combinait souvent avec Shipp en début de saison, il a maintenant plutôt tendance à chercher Drogba. Comble de malheur pour Harry, l’Ivoirien a lui tendance à redescendre chercher des ballons, bien plus qu’Oduro le faisait. Avec Piatti, Drogba et Shipp dans un mouchoir de poche, le dernier cité a bien peu de chance d’être celui qui en sort avec le ballon. Shipp se retrouve donc à toucher la majorité de ses ballons près de l’aile droite, à 40-50 m du but adverse, où il fait des courtes passes principalement à Oduro et Oyongo. Difficile dans ces circonstances de se distinguer. Voyez plutôt :

opta-Piatti-Drogba-Shipp_vsPHI

Si la prestation de l’Impact est la meilleure offerte depuis la défaite contre Toronto, il reste plusieurs points d’interrogation à régler. Ciman va-t-il redevenir dominant après quelques performances inhabituellement chancelantes? Shipp va-t-il remonter à la surface? Venegas ne serait-il pas mieux indiqué pour exploiter le peu d’espace laissé par les joueurs désignés, quitte à sacrifier le précieux apport défensif de Shipp?

Le prochain match se jouera probablement sans Drogba, blessure et gazon synthétique obligent. Reverra-t-on le Shipp du début de saison? Réponse samedi, à Orlando, où les « Lions » n’ont pas perdu cette saison, mais sont abonnés aux… matchs nuls.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC