Orlando-Montréal : Trois constats sur l’Impact

L’Impact met un terme à sa série de matchs nuls, mais de la mauvaise façon. Après une première mi-temps très encourageante, l’Impact s’est fait rattraper dans le virage et coiffer au fil d’arrivée. Mes trois constats sur ce match.

  1. Biello a mal géré ses changements
    Autant en début de saison, la chance souriait à Mauro Biello chaque fois qu’il lançait les dés, autant cette fois, c’était la catastrophe. Samedi à Orlando, l’entraîneur-chef de l’Impact a raté son coup. En laissant Shipp, entré pour Ontivero, trop longtemps sur la droite au lieu de l’envoyer dans l’axe à la place de Venegas (qui connaissait un bon match, certes), Biello a lui-même annulé l’efficacité potentielle de son premier changement. Ensuite, sachant que Camara revenait de blessure, dans la chaleur d’Orlando et sur gazon synthétique, il est étrange que le staff technique ait attendu que le latéral droit se draine de son énergie et se rende jusqu’aux crampes avant de le substituer. Et quand le temps est venu de faire le changement (trop tard, donc, tout comme pour Venegas/Salazar), envoyer Tissot à droite au lieu de faire permuter Oyongo était un choix on ne peut plus étrange.
  2. La paire Donadel-Bekker a très bien fait
    Le duo Donadel-Bekker a permis de dicter le ton dans l’entrejeu montréalais. Efficaces en distribution, les deux milieux semblaient s’entendre à merveille. Bien que parfois approximatifs en récupération, ils ont permis à l’Impact, en calmant le jeu, de retrouver un jeu de possession comme on l’a vu en début de saison, ce qui a profité à Piatti et consorts plus haut sur le terrain.
  3. Bush ne rassure personne
    On le savait erratique lors de ses sorties et il l’a encore démontré samedi contre Orlando. Ses relances ont encore une fois été difficiles, voire horribles. Et maintenant, voilà qu’il se met à relâcher des ballons. Bush a besoin d’un congé. Par chance, la Coupe des Voyageurs est à nos portes, ce qui devrait donner la chance à un autre portier de se faire valoir. Si le contraste est radical, peut-être Biello va-t-il commencer à réfléchir à la hiérarchie des gardiens?

L’Impact nous a offert sa meilleure première mi-temps depuis longtemps. La circulation efficace du ballon était au rendez-vous. Ne manquait plus qu’à se créer des occasions franches. Au fond, il lui faut désormais trouver un moyen de jouer de cette façon… avec Drogba. Si la deuxième mi-temps a été plus difficile pour les Montréalais, une meilleure gestion de l’effectif aurait pu faire pencher la balance en faveur du bleu-blanc-noir. Retour à la table à dessin. Heureusement, les bonnes dispositions d’Ontivero, Venegas (même s’il s’en va à la Copa America) et surtout Lefèvre sont de bon augure.

Match qui s’annonce difficile samedi soir à Montréal contre le monstrueux Galaxy de Los Angeles. Parti à la rescousse de l’équipe nationale belge, Ciman devra attendre à plus tard avant de recroiser son ancien coéquipier du Standard de Liège, Jelle Van Damme.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC