Montréal-Toronto : Trois constats sur l’Impact

L’Impact n’a pas su se relever de sa médiocre performance au match aller de la demi-finale de la Coupe des Voyageurs.Une autre coupe qui s’envole, au moins deux autres années à attendre avant de fouler à nouveau les terrains de la Ligue des champions. L’Impact en a fait trop peu pour mériter un meilleur sort. Voici mes trois constats sur ce match.

1) Le schéma tactique n’était pas le bon
La veille, Mauro Biello avait évoqué la possibilité de commencer le match en 4-4-2. Ce fut effectivement son choix. En optant directement pour le 4-4-2, Biello imposait à son équipe un schéma auquel elle n’est pas habituée. Ce faisant, il ne lui restait dans sa manche rien d’autre que des schémas exceptionnels, voire improvisés, pour tenter de changer la donne en cours de match. N’aurait-il pas mieux fallu opter pour l’habituel 4-2-3-1/4-1-4-1 et se garder l’option de le modifier en 4-4-2 au besoin? Force est de constater que le 4-4-2 n’a rien amené et que l’Impact n’a jamais pu s’adapter en cours de match.

2) Ça manquait d’envie, de cœur, de grinta
On s’attendait logiquement à voir l’Impact sortir du vestiaire affamé, prêt à lancer vague après vague offensive à l’assaut du but torontois et à bousculer l’adversaire. Il n’en fut rien. Il a fallu attendre la 28e minute pour voir la première grosse occasion des Montréalais. Pas normal. « On a les moyens de le faire si on a la bonne mentalité », disait Hassoun Camara en point de presse la veille du match. Si on a la bonne mentalité. Si. Je vous laisse réfléchir à ça.

3) Il faut arrêter de viser Drogba
Ça devient lassant, toutes ces longues balles vers Didier. Dans le doute, on balance à Drogba. L’Impact a essentiellement passé une grande partie de la deuxième mi-temps à balancer des longs ballons vers l’Ivoirien. Résultat? Un milieu de terrain très peu percutant (voire inexistant par moments), un Drogba surveillé de près incapable de se défaire de ses marqueurs, presque aucune occasion… et aucun but. Trois tirs cadrés sur l’ensemble du match. Trois. C’est court quand on doit marquer deux buts.

Au moins, l’Impact n’a pas encaissé, pour la première fois depuis le 9 avril (!). Bon, ok, c’était contre une équipe qui n’attaquait pas, mais ne crachons pas sur les succès…

Parlant de réussite, les deux objectifs de l’Impact pour cette saison étaient de gagner la Coupe des Voyageurs et de terminer dans le top 5 de la Conférence de l’Est. L’Impact a donc échappé le seul titre dont il avait fait une priorité. Ça donne une drôle d’image du reste de la saison.

Allez, on tourne la page, et on retourne à la MLS. Prochain match le 18 juin à Columbus. Une belle occasion de se remettre dans le droit chemin.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC