Credit : USA Today

Columbus-Montréal : Trois constats sur l’Impact

Nul blanc. Score logique pour un match sans odeur et sans saveur. L’Impact ne semblait pas en mesure de faire pencher la balance en sa faveur. Pas plus que Columbus, d’ailleurs. Voici mes trois constats sur ce pauvre match.

1) L’Impact a atteint son objectif
À en juger par les commentaires d’avant-match, les remarques de Biello durant les entrevues en cours de match (une pratique à éliminer si possible) et les commentaires d’après-match, l’accent avait visiblement été mis sur l’aspect défensif du jeu, et le réel objectif semblait être de ne pas accorder de but. Une sorte de retour à la base, quoi. S’ils ne marquent pas, ils ne pourront pas gagner. Sage approche pour toute équipe qui se cherche et donne des buts à la pelle. Même s’il a été acquis contre une équipe déforcée et maladroite, ce second zéro de suite rassure. Cependant, le second zéro offensif, lui, inquiète.

2) Rien ne va plus offensivement
L’attaque, menée par Drogba, Ontivero, Venegas et Oduro, n’a convaincu personne. Mais vraiment personne. Certes, l’absence de Piatti fait mal, mais il faut se questionner sur les raisons qui font que sans le joueur désigné argentin, l’attaque montréalaise ne va nulle part. Avec un Drogba toujours largement maître de son sujet malgré son âge vénérable. Avec un Venegas pourtant bien habile à la Copa America. Avec un Oduro qui avait bien fait jusqu’ici cette saison. Jamais on n’a senti que l’Impact pouvait prendre le jeu à son compte et créer le danger. C’était tellement pauvre que rien n’aurait pu y changer quoi que ce soit. Un jour sans. Malheureusement, le deuxième de suite. Trop d’importance accordée au jeu défensif?

3) C’était pénible à regarder
Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu droit à du jeu soporifique de la sorte, de part et d’autre. Le genre de match qui te fait te demander pourquoi tu le regardes, ce que tu as fait pour mériter tel châtiment ou encore si regarder une reprise de Ramdam ne serait pas une meilleure idée. Bref, rien pour convaincre ton beau-frère qui ne vit que pour la EPL que la MLS, c’est pas mal. Un antimatch, quoi. En somme, le retour du fantôme de la saison 2014, mais sans défaite à la fin.

Bref, oublions tout ça et passons vite au prochain. Le Sporting Kansas City sera de passage en ville samedi prochain. Un match difficile, mais qui pourrait, en cas de succès, bien relancer la machine montréalaise.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC