Crédit : Impact de Montréal

Montréal-New England : Trois constats sur l’Impact

On ne sait pas trop comment, mais l’Impact a remporté trois points qui font un bien fou. Il y a des matchs comme ça, où on ne sait pas trop comment expliquer le résultat. Mais je vais essayer. Voici mes trois constats sur le match.

1) New England a perdu
C’est plus à une défaite des Revs qu’à une victoire de l’Impact qu’on a assisté samedi au stade Saputo. Après une première mi-temps très pauvre du bleu-blanc-noir, il a suffi de 15 minutes d’accélération en seconde mi-temps pour dérouter entièrement les visiteurs, qui se sont marchés sur les pieds après les avoir mis dans les plats. Faible adversaire, qui s’est lui-même détruit.

2) L’Impact donne des buts beaucoup trop facilement
L’histoire se répète. Encore une fois, l’Impact a donné des buts faciles à son adversaire. Pire encore, l’Impact a encore donné des buts faciles à Kei Kamara. Un enchaînement de décisions catastrophiques ou incompréhensibles de Cabrera, Alexander et Lefèvre offrent à Kamara son premier but avec New England sur un plateau d’argent. Et pour son doublé, Kamara se retrouve, pour une millième fois on dirait, seul dans la surface de Montréal pour marquer de la tête, alors que Cabrera le laisse encore filer. Par contre, on ne peut que blâmer la défense partiellement, parce que…

3) Bush a été mauvais
Je dois avouer que je ne comprends plus rien. Ayant été moi-même gardien de but dans une vie antérieure, j’ai tendance à remarquer rapidement quand un gardien fait n’importe quoi. Et c’est ce qui se passe la plupart du temps avec Bush : entre deux arrêts de la semaine, il fait n’importe quoi. Sa sortie sur le premier de Kamara est juste incompréhensible. On dit toujours que quand on sort, il faut couper les angles, se faire le plus gros possible, etc. Dans ce cas-ci, rien de ça n’a été fait. Et sur le second but, ça se passe de commentaires; les images parlent d’elles-mêmes. Très (trop) faible performance pour un gardien de but. Encore plus pour un gardien titulaire.

Au bout du compte, même si la manière n’y était pas vraiment, l’Impact se permettant beaucoup trop de déchets techniques et autres passes ratées, l’important, ce sont les trois points, qui feront un grand bien au moral des troupes. Sauf peut-être au capitaine, mécontent lors de sa sortie très tôt dans le match, qui n’a pas serré la main de Biello, ce qui laisse encore une fois sentir un malaise entre le capitaine et son entraîneur.

Et Salazar, me direz-vous? Oui, ok, il a marqué deux buts. Mais outre cela, son apport était plutôt faible, malgré le fait qu’il jouait du même côté qu’un Camara en pleine possession de ses moyens. Contrairement à plusieurs, j’attends d’en voir plus avant de m’emballer.

Allez, on retourne sur la route. Salt Lake, Portland, passe, casse, on verra bien. De bons résultats pourraient pleinement relancer la machine. Et heureusement (ou malheureusement, d’un point de vue uniquement belge), ce sera avec Ciman pour remettre un peu d’ordre dans la défense.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC