Crédit : Portland Timbers

Portland-Montréal : Trois constats sur l’Impact

Après un match nul décevant à Salt Lake, le Bleu-Blanc-Noir a enchaîné avec un match nul relativement satisfaisant à Portland. Ombre au tableau, la sortie sur blessure de Laurent Ciman, à peine revenu de l’Euro, mais côté positif, la résurgence de Venegas dans un rôle qui lui sied mieux. Voici mes trois constats sur l’Impact.

1) L’Impact a encore donné un but facile
Comme à Salt Lake, l’Impact a plutôt bien défendu et les Timbers ont eu peine à se créer de grosses occasions. Cependant, Jack McInerney a reçu un cadeau de la part de ses ex-coéquipiers. Non seulement Bush a totalement raté sa sortie (encore) sur le corner de Jewsbury, mais en plus, Lefèvre, Bekker et Ciman regardaient le ballon plutôt que de garder un œil sur les joueurs adverses. Résultat : McInerney seul aux six mètres qui pousse facilement de la tête un ballon dans le but abandonné par Bush. À noter que Ridgewell était aussi fin seul au second poteau. Ces manques de concentration commencent à faire mal, et l’Impact devra les éliminer en seconde moitié de saison pour s’assurer d’être au mieux dans une course aux séries qui s’annonce très serrée.

2) Le milieu de terrain s’est bien ressaisi en deuxième mi-temps
On a pu voir un Mauro Biello visiblement de mauvaise humeur en première mi-temps, irrité par le manque de vigueur des siens. Notamment, l’entrejeu montréalais laissait Jewsbury et Zemanski faire la pluie et le beau temps au milieu de la pelouse. En seconde mi-temps, Bernier, Bekker et Shipp ont été plus agressifs et sont parvenus à réduire l’influence des deux Timbers susmentionnés en les forçant à jouer plus bas sur le terrain. Ce faisant, le jeu des Timbers était beaucoup moins incisif dans le dernier tiers. C’est d’après moi ce qui a permis à l’Impact de ramener un point de Portland.

3) Il aurait fallu donner ce match à Kronberg
Ce n’est pas la première fois que je le dis, mais comme la situation ne s’améliore pas, je suis forcé de me répéter. Le rendement de Bush est très inconstant cette saison, et l’Américain multiplie les erreurs sur des concepts pourtant élémentaires pour un gardien de but. Avec trois matchs en huit jours, il aurait été avisé de reposer Bush au profit d’Eric Kronberg. Certains diront que Bush a fait plusieurs bons arrêts en deuxième mi-temps, mais si on analyse froidement les faits, sans sa bourde, l’Impact serait devant les Red Bulls au classement dans l’Est. Et ça, c’est sans compter les autres matchs où il a coûté des points.

Dans l’ensemble, deux points sur six ramenés d’un voyage dans l’Ouest, ce n’est pas mauvais. Mais ultimement, deux points sur six, ce n’est pas bon non plus. Surtout quand on sait que sans ces erreurs facilement évitables, l’Impact aurait pu faire carton plein.

Comme ce récent voyage, cette saison de l’Impact commence à se caractériser par une sensation d’avoir pu mieux faire. Le prochain match sera une belle occasion de se rattraper, ne serait-ce qu’un peu, en battant au stade Saputo le New York City FC, qui trône au premier rang de l’Est, quatre points devant Montréal.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC