Crédit : Impact de Montréal

Montréal-Houston : Trois constats sur l’Impact

La visite au stade Saputo de la lanterne rouge (ou orange) de la section ouest de la MLS était un signe encourageant pour la troupe de Mauro Biello. Celle-ci espérait offrir une prestation plus énergique que lors du match nul arraché à Washington la semaine dernière. Or, l’insertion de deux nouveaux éléments dans l’équation a causé quelques petits problèmes de cohérence. Voici mes trois constats sur l’Impact.

1) La défense peine à se ressaisir…
À la faute sur de nombreux buts lors des derniers matchs, la brigade défensive du bleu-blanc-noir a une fois de plus montré des signes de faiblesse. Baladée par Houston lors des 20 premières minutes du match, elle a été sauvée par le manque de sang-froid de ses adversaires devant le but, notamment Will Bruin, qui a galvaudé une énorme occasion en début de match quand il s’est retrouvé seul face à Bush au point de penalty. Après cette entame de match plutôt chancelante, on a senti la défense fébrile tout au long des 90 minutes.

2) … mais l’Impact a tenu le zéro!
Malgré la fébrilité du quatuor défensif, l’Impact a su tenir le zéro. Fait rarissime cette saison. En effet, il s’agissait de la quatrième fois en 22 matchs de ligue que les Montréalais n’accordaient pas de but à leur adversaire. La dernière fois où Bush n’a pas eu à aller chercher le ballon dans son but remontait au 18 juin à Columbus (0-0). Par comparaison, du côté du Colorado, Tim Howard a gardé le zéro à trois reprises en six matchs. Signe qu’il faudra faire mieux d’ici la fin de la saison (et surtout en séries, s’il y a lieu). Ceci étant dit, donnons le crédit à Evan Bush, qui a effectué deux bons arrêts, notamment aux dépens de Mansally à la 86e minute. Après avoir maintes fois critiqué le gardien montréalais pour avoir fait perdre des points à son équipe, je dois souligner que cette fois, il en a sauvé deux avec cet arrêt. Chapeau!

3) Manque de cohésion, mais pari gagné
En intégrant les nouveaux venus Mancosu et Bernardello et en déplaçant Shipp à droite, Biello a joué avec le feu. Si le premier nommé devait logiquement amorcer le match en raison de la suspension de Drogba et à la suite de son excellente démonstration contre la Roma, cela faisait somme toute beaucoup de nouveautés avec l’intégration du triangle Donadel-Bernardello-Bernier et la mutation de Shipp sur le flanc droit. Tout au long du match, on a pu remarquer des manques de communication et quelques incohérences, surtout chez les milieux axiaux, alors que Shipp semblait un peu ramer après avoir connu un certain renouveau à gauche. Résultat? L’obtention des trois points a été beaucoup plus ardue que prévu et Houston aurait pu décoller de Montréal avec au moins un point dans ses valises. Ceci étant dit, il n’y avait pas de meilleur match pour tenter de nouvelles choses. Pari gagnant, donc, pour Biello.

Bref, l’Impact sera heureux des trois points et du but spectaculaire de Mancosu (qui semble vouloir se révéler comme étant une solide acquisition). Cependant, il reste beaucoup de travail à faire pour solidifier la défense. Étant maintenant au moment de la saison où le classement prend de plus en plus d’importance, il faudra que Biello et ses adjoints trouvent des solutions rapidement pour resserrer les espaces, au risque de devoir lutter jusqu’à la toute fin pour une place en séries.

Voyage au Red Bull Arena samedi prochain, un autre stade où l’Impact ne gagne jamais. Il faudra mettre les bouchées doubles.

N’hésitez pas à partager votre avis sur ces constats sur Twitter : #3constatsIMFC