DC-Montréal : Trois constats sur l’Impact

L’Impact a trouvé le moyen, comme en 2015, de bien rentrer dans les séries d’après-saison. Une performance quatre étoiles pour le bleu-blanc-noir, qui lui permettra de faire le plein de confiance avant d’affronter les difficiles Red Bulls de New York. Voici mes trois constats sur ce match.

1) L’Impact a surpris son adversaire
L’Impact a très bien entamé son match en se portant vers l’avant, ce qui a permis à Ciman d’ouvrir la marque sur corner très tôt en première mi-temps. On était en droit de s’attendre à ce que Biello ordonne à ses hommes de défendre et de jouer en contre, mais c’est tout le contraire qui s’est produit. Dès les premières minutes, on a tout de suite vu Oyongo et Camara appuyer l’attaque et une équipe qui cherchait la pénétration dans le camp adverse. L’adversaire du jour semblait s’être préparé pour une tout autre tactique de la part des Montréalais; déstabilisé, il n’a jamais vraiment trouvé le moyen de rivaliser.

2) L’organisation défensive était parfaite
Pendant de longues périodes, on a vu DC United tourner en rond sans jamais trouver le moyen de s’enfoncer dans le camp de l’Impact. Si bien qu’après 75 minutes de jeu, DC n’avait toujours pas cadré le moindre tir. Cela s’explique notamment par l’excellent travail effectué en milieu de terrain, non seulement par le trio axial, impérial, mais aussi et surtout par l’engagement exemplaire de Nacho Piatti et Dominic Oduro. Si les locaux semblaient complètement à court de solutions, c’est qu’il y en avait très peu. Bien organisé, l’Impact bloquait les angles de passe, et DC ne s’aidait pas en créant fort peu de mouvement dans le dernier tiers.

3) Ciman est en mission
Le « Général » a reconquis son titre. Véritable patron de la défense, le Belge a sonné la charge en marquant tôt dans le match et a galvanisé ses troupes par son engagement et sa rage de vaincre. Déterminé comme on l’a rarement vu cette saison, Ciman expliquait même encore des principes de jeu à Dominic Oduro après le coup de sifflet final, avec de grandes gestuelles et un air visiblement irrité. C’est une évidence, Ciman va tout donner, jusqu’au bout, et ses collègues n’auront pas d’autre choix que de le suivre.

L’Impact a livré un tout grand match. Par contre, la prochaine étape s’annonce corsée et il faut se demander si l’énergie engagée dans ce triomphe n’a pas été trop grande comparativement au nombre de jours pour récupérer avant d’accueillir les Red Bulls au stade Saputo. L’avenir le dira, mais un faux pas à domicile pourrait être synonyme de bâton dans les roues pour les Montréalais, qui n’ont jamais su s’imposer au Red Bull Arena.