Coupe MLS : Ils n’étaient plus que quatre

Classico canadien dans l’Est et duel intriguant dans l’Ouest, la table est mise pour les finales de conférence de la Major League Soccer. Présentation des matchs aller.

Montréal-Toronto
Difficile de demander mieux comme affiche qu’un duel qui a le potentiel de faire rayonner le soccer partout au Canada. Si les noms de Piatti et de Giovinco courent sur toutes les lèvres, la bataille s’annonce plutôt du côté du milieu de terrain, où les Donadel, Bernier et Bernardello devront lutter contre les Bradley, Osorio et Cooper pour gagner la suprématie dans l’entrejeu, ce qui sera sans aucun doute la clé pour accéder à la grande finale. Les dimensions et la dureté du terrain du stade olympique pourraient rendre la tâche plus ardue pour le milieu de terrain vieillissant des Montréalais, pour qui une gestion efficace des réserves d’énergie sera primordiale. Du côté des Torontois, on voudra à tout prix éviter de laisser trop d’espace à Piatti et ses compères en reconversion rapide, là où ils font le plus mal; il serait donc surprenant de voir Vanney opter pour le 3-5-2 lors de ce premier match sur un terrain rapide aux grands espaces. L’Impact, appuyé par 60 000 fidèles, se sentira comme en Ligue des champions, et c’est peut-être là que se trouve le réel avantage pour les Montréalais, non pas dans l’appui d’une impressionnante foule, mais dans le fait d’être déjà passé par là lors de sa récente chevauchée sur la scène continentale. Si le Toronto FC peut compter sur plusieurs joueurs qui en ont vu d’autres, impossible d’ignorer le fait que pour les Montréalais, ce genre de scénario a déjà été vécu en groupe.
Verdict : Victoire montréalaise

Seattle-Colorado
Si la récente pause internationale représentait un défi de gestion pour toutes les équipes encore en lice pour le Coupe MLS, elle a été doublement plus dure pour les pauvres Rapids du Colorado. Ceux-ci ont perdu les services du meilleur gardien de la ligue, Tim Howard, blessé sérieusement lors d’un match de l’équipe nationale américaine. Et comme un malheur ne vient jamais seul, ils comptent le remplacer par un des plus louches gardiens de la ligue, Zac MacMath. Par contre, la solidité de la défense des Rapids ne repose pas uniquement sur son gardien; elle est due en grande partie à une solide organisation. Emmenée par Sjoberg et bien appuyée par Cronin et Jones en sentinelle juste devant, la défense coloradienne a montré lors de son duel avec Los Angeles que son verrou est loin d’être facile à faire sauter. Ramener un zéro de Seattle est loin d’être impossible pour les Rapids; y greffer but (pourquoi pas un autre but magique de Gashi?) permettrait de faire un grand pas en avant dans cette finale de conférence. Du côté de Seattle, il faudra miser sur la patience et sur les capacités de distribution d’Osvaldo Alonso pour tenter d’ouvrir le mur défensif des Coloradiens pour y infiltrer le très percutant Nicolas Lodeiro. La tâche sera difficile, mais chez les vert et bleu, on doit se dire que si on trouve la faille, au moins, on ne devra pas faire face à l’immense Tim Howard. Qui plus est, le ressuscité Nelson Valdez semble avoir le compas dans l’œil par les temps qui courent.
Verdict : Match nul