Montréal-Portland : Trois constats sur l’Impact

L’Impact de Montréal explose enfin à domicile, devant un Portland dans un mauvais jour, il faut bien l’avouer. Le carton rouge décerné à Chara a certes aidé le Bleu-Blanc-Noir, mais ce sont quelques petits ajustements qui ont permis aux hommes de Biello de l’emporter sur un score fleuve. Voici mes trois constats sur l’Impact.

1) Le réveil aurait-il sonné?
Comme je le disais lors de ma dernière chronique, le réveil devait sonner. L’Impact devait abandonner ce qui ne marchait pas et favoriser un 4-1-4-1 avec ceux qui méritent d’être sur le terrain. Et Biello a semblé le voir du même œil. Non seulement le 11 était logique (notamment avec la titularisation de Jackson-Hamel), mais le dispositif l’était tout autant. Cependant, c’est un autre détail qui a fait le plus grand bien. Après 10 matchs de grand n’importe quoi, les latéraux ont enfin commencé à se positionner plus bas sur le terrain pour faciliter les relances. Autant Oyongo que Duvall ont cessé d’aller se placer à plus de 50 m du but quand la défense centrale ou Donadel a le ballon. De fait, le ballon s’est plus facilement rendu dans les pieds des Piatti, Dzemaili, Bernier et Ballou… C’est si simple, le foot, quand on y pense.

2) Jackson et Ballou, le spectacle commence
Si certains ont trouvé Jackson-Hamel « transparent » comme titulaire samedi, c’est qu’ils avaient le soleil dans les yeux. Plus le match avançait, plus l’attaquant trouvait ses marques. Notamment, ses bons appels et ses belles courses pour écarter la défense ont donné à Piatti l’espace dont il avait besoin pour s’exprimer. Mais ce que je retiens particulièrement, c’est qu’en seconde mi-temps, Jackson et Ballou ont commencé de plus en plus à combiner comme ils le faisaient en USL l’an dernier. Voilà une option à développer, puisque comme les deux jeunes retrouvent leurs automatismes tandis que Piatti et Dzemaili semblent en développer rapidement de leur côté, on peut parier que l’Impact sera très difficile à stopper quand les morceaux tomberont en place.

3) Fisher prend sa place
Certes, la défense a eu la tâche relativement facile après l’expulsion de Chara pour une manchette en plein visage de Piatti. Mais Kyle Fisher s’est encore une fois démarqué. N’hésitant jamais d’aller au contact avec le très robuste Adi tout au long du match, le jeune Américain a fait preuve d’une énorme résilience après sa coupure à l’arcade sourcilière. Qui plus est, son but de la tête était superbe et à voir la réaction de ses coéquipiers tous massés autour de lui pour célébrer, le jeune semble fort apprécié par ses collègues. Fisher devient de plus en plus difficile à ignorer pour la suite de la saison. On le savait devant Lefèvre dans la hiérarchie, il semble maintenant avoir aussi surpassé Camara. Serait-il en passe de doubler Cabrera?

Le championnat canadien est arrivé. Quelle sera la stratégie de Biello? Optera-t-il pour une certaine continuité afin d’éviter de ralentir l’élan tout juste acquis par ses troupes? Préférera-t-il une coupe en mode « équipe B »? Le spectre d’une double finale contre Toronto est-il trop effrayant pour réellement mettre le paquet sur cette compétition? Les réponses dès demain, à 22 h.

Eric Chenoix
@EricVking
@capitainesoccer