Houston-Montréal : Trois constats sur l’Impact

L’Impact de Montréal tombe devant le Dynamo sans jamais vraiment avoir été dans le coup. Les hommes de Mauro Biello terminent leur marathon de six matchs en dix-huit jours en marchant, langue pendante. Voici mes trois constats sur ce match.

1) L’Impact ne savait pas sur quel pied danser
Visiblement, les Montréalais ont passé la première mi-temps sans trop savoir quoi faire. Attendre? Presser? Finalement, ils n’ont fait ni l’un ni l’autre, ce qui a donné des ailes aux joueurs locaux. Par exemple, sur leur second but, les oranges n’ont simplement pas été mis sous pression et hormis une brève intervention d’Oduro, ont longuement tenu le ballon avant d’aller le déposer dans la cage de Bush. Trop facile. Quand on a le derrière entre deux chaises, on finit toujours par tomber.

2) Encore trop de ballons perdus
On a encore assisté à un festival de ballons perdus par l’Impact. Des passes faciles ratées, des ballons envoyés à personne, des relances approximatives, des touches de balle ratées. Bref, c’était difficile pour l’Impact de se mettre en marche. Et quand ça décidait de garder le ballon pour s’appliquer dans le geste, ça le gardait trop longtemps. Encore là, l’Impact était entre deux chaises. Et Houston en a évidemment bien profité.

3) L’Impact n’avait aucune cohésion offensive
Constat un peu facile tant cet épisode se répète presque continuellement. Cependant, à Houston, le problème était criant. Et Dzemaili en a souvent été le coupable. Balle au pied, trop souvent le Suisse a hésité à jouer sur les ailes, ayant de toute évidence trop peu confiance en Salazar et Oduro. Et comme Mancosu semble par les temps qui courent parfaire son incarnation de l’homme invisible, difficile d’espérer une remontée. Ça va tellement mal que même Ballou a perdu ses pouvoirs magiques.

La pause de deux semaines arrive à point. Ce sera l’occasion de prendre du recul, de soigner les petits bobos, de recharger les batteries et, qui sait, d’obtenir du renfort. On est en plein mercato estival, après tout. Retour au boulot le 19 juillet contre Philadelphie au stade Saputo. Un match à gagner.

Eric Chenoix
@EricVking
@capitainesoccer