Gold Cup 2017 : c’est parti!

La Gold Cup est de retour. Dire qu’il s’agit du tournoi continental le moins disputé de toute la planète n’est pas entièrement faux : depuis la création de son format actuel en 1991, hormis la petite parenthèse canadienne de 2000, la Gold Cup n’a été remportée que par le Mexique ou les États-Unis. Et on la joue tous les deux ans… Cette année, les ténors habituels sont bien en place et on attend avec impatience le moment où leur chemin se croiseront. Et les autres?

Groupe A : une grosse lutte pour la seconde place?
Tout indique qu’une chaude lutte aura lieu pour le second rang du groupe A de cette édition de la Gold Cup. Le Costa Rica semble intouchable, mais derrière lui, ça risque de se bousculer. Le Canada devra lutter contre le Honduras et, accessoirement, contre la Guyane française, pour s’emparer du second rang. Si le match clé pour le Canada est évidemment celui contre le Honduras, plus aussi puissant qu’il y a quelques années à peine, celui contre la Guyane française en lever de rideau revêt également une extrême importance. Un faux départ pourrait largement compliquer la vie des Canadiens, qui ont déjà la lourde commande de trouver un moyen de stopper les Honduriens Quioto et Elis. Toutefois, avec deux des trois meilleurs deuxièmes qualifiés pour les quarts, le Canada devrait être présent au second tour. S’il marque des buts. Le Canada n’a pas marqué lors de deux dernières éditions de la Gold Cup… Il faudra donc réapprendre à marcher avant de se mettre à courir.

Groupe B : Stars, stripes et Panama
Dans le groupe B, la tâche s’annonce facile pour les États-Unis, qui devraient largement s’imposer au premier rang. Pour le Panama, ce groupe ne devrait normalement pas non plus causer de stress outre mesure, car le Nicaragua et la Martinique ont somme toute fort peu d’arguments à offrir. Pour les Nicaraguayens, il faudra espérer accrocher un point ou plus contre l’un des deux premiers et battre la Martinique pour espérer passer comme meilleur troisième. Ce n’est pas mission impossible, puisqu’ils ont éliminé Haïti pour se qualifier pour le tournoi. Oui, je regarde vers toi, Panaméen. Fais attention.

Groupe C : Mexico, Mexiiiii… pas si vite
Dans le groupe C, le Mexique devrait logiquement s’imposer. Cependant, ses colocataires jamaïcains et salvadoriens sont plutôt imprévisibles. On n’est jamais à l’abri d’une performance des Reggae Boys, finalistes malheureux en 2015 contre le Mexique. Quant au Salvador, il n’a jamais été clairement largué lors de ses matchs cette année et reste toujours dans le coup jusqu’au bout. C’est une équipe dure à battre, qui pourrait créer la surprise. Et ce n’est pas tout. Le dernier pensionnaire du groupe, le Curaçao, est actuellement mieux positionné au classement FIFA que la Jamaïque et le Salvador. Tombés à Montréal face au Canada début juin, les Curaciens ont ensuite fait match nul 0-0 contre le Nicaragua, et gagné 1-2 contre… la Jamaïque.

La table est mise, le trophée a été poli, la Gold Cup peut commencer.

Eric Chenoix
@EricVking
@capitainesoccer