Trois constats sur Patrice

Ce match qui ne comptait plus contre les Revs, on s’en souviendra pour une chose et une seule : le dernier tour de piste de Patrice Bernier dans l’uniforme de l’Impact de Montréal. Ainsi, à tout seigneur, tout honneur; voici mes trois constats sur Patrice Bernier.

Bernier_Henry

1) Patrice est un grand joueur
Son sens du jeu en faisait un rouage important, voire primordial, au sein de l’effectif montréalais. Nombreux sont les entraîneurs qui ont regretté de l’avoir laissé sur le banc si longtemps, trop longtemps… parfois sans raison. D’ailleurs, en 2013, Thierry Henry avait encensé le milieu montréalais en ces termes : « Les supporters veulent voir des joueurs comme Nesta, Di Vaio, Rivas et Ferrari. Cependant, le joueur-clé de cette équipe est Patrice Bernier, et de loin. Il est l’homme de l’équipe depuis longtemps. »Titi l’a constaté, mais nous, on le savait. Avant même qu’il ne foule les pelouses du championnat américain, à force de se taper des diffusions de mauvaise qualité sur Internet pour le regarder se démener sur la scène européenne, on avait compris qu’en plus d’être un gars de chez nous, son style de jeu, sa hargne, sa compréhension du sport et son charisme en faisaient un joueur de choix pour l’Impact de Montréal version Major League Soccer. Et c’est pourquoi un jour, en 2011, lors d’une rencontre organisée par l’Impact entre les supporters et le tout premier entraîneur du club en MLS, nous étions nombreux à remplir les oreilles du bon Jesse Marsch avec un nom, un seul : Patrice Bernier.

Bernier_capitaine

2) Patrice est un grand capitaine
Quand vos coéquipiers vous demandent d’autographier leur maillot au terme de votre dernier match en carrière, c’est que vous avez fait les choses comme il faut. Difficile de trouver un capitaine qui acceptait le brassard et ses responsabilités avec autant d’envie. Toujours en train de diriger ses coéquipiers, de motiver les troupes, de s’assurer que tout le monde était à la bonne page. Quand il a pris la relève de Davy Arnaud en 2014, Patrice ne pouvait pas savoir que l’Impact se dirigeait vers une saison des plus difficiles, la pire pour le club en Major League Soccer. En plein cœur de la tempête, à la recherche de solutions, Patrice a alors pris le téléphone pour parler à des gens en qui il avait confiance, à ceux du moins qui suivaient l’équipe de près, pour leur demander s’ils n’avaient pas vu quelque chose « à partir des tribunes, qu’on ne voit pas quand on est sur le terrain ». La capitaine était à l’affût du moindre indice sur le terrain qui pourrait l’aider à renverser la vapeur. Parce que comme tout bon capitaine, il avait à cœur le bien de l’équipe. Pas question pour lui de laisser le foot à la porte du vestiaire en rentrant à la maison. Il fallait trouver un moyen de se sortir de là.

Bernier_UM_2010

3) Patrice est un grand homme
Quiconque suit l’Impact le sait : Patrice est un homme au grand cœur. Mari et père exceptionnel, selon sa conjointe, Patrice est (et restera!) toujours près des supporters. Et il l’était même bien avant qu’il n’ait réellement à s’en soucier! En effet, longtemps avant que l’on parle de la possibilité de voir l’Impact faire le saut en MLS, Patrice ne perdait jamais une occasion de venir saluer les Ultras Montréal en tribune au stade Saputo, lors de ses vacances estivales. Le passage en section 114 était incontournable dans son agenda, beau temps mauvais temps. Petit salut à la pause ou mi-temps passée avec les supporters sous la pluie, Patrice était là, chaque saison, sourire aux lèvres et content de nous rappeler que ce que nous faisions était important pour le club comme pour le soccer local et national.

Non, Patrice Bernier ne met pas un terme à sa carrière. Il met un terme au premier chapitre de sa carrière, celui qui l’a mené du jardin de ses parents à Brossard à certaines des plus mythiques pelouses de la planète foot. Car Patrice n’en a pas fini avec ce sport qui le passionne. S’entame dès maintenant la seconde partie de sa vie de footeux : celle d’entraîneur. Alors qu’il se lance à la découverte de nouveaux repères, on ne peut qu’être heureux de savoir qu’il le fera près de nous, et qu’on le croisera naturellement très souvent au stade Saputo.

Merci Patrice, et à très bientôt.

Eric Chenoix
@EricVking
@capitainesoccer